Mozart et le Miserere d'Allegri

Le musicien Gregorio Allegri, prêtre et ténor de la chapelle pontificale, écrivit une œuvre sublime, le Miserere, aux environs de 1638. Le Vatican, souhaitant s’en réserver l’exclusivité, en conserva le manuscrit, tout en en défendant la reproduction et l’exécution à l’extérieur.
En 1770, soit près de 150 ans plus tard, le jeune Wolfgang Amadeus Mozart effectuait, en compagnie de son père, son premier périple en Europe. Se trouvant à Rome, ils se rendirent tous deux, un soir, à la Chapelle Sixtine pour y écouter l'œuvre. En rentrant à leur pension, Léopold, le père, s’extasiait devant ce qu’il venait d’entendre, et se lamentait dans le même temps : “Qu’il est dommage qu’une œuvre aussi belle ne puisse être jouée hors du Vatican !”. Son fils lui répondit : “Mais si, père, c’est possible !”. Le soir même, il coucha, de tête, sur le papier la partition du Miserere d’Allegri, œuvre à 9 voix pour deux chœurs.
Il l’avait entendu une fois, et la savait par cœur !
Comments